Accueil » 2019

Archives de l'année 2019

Adisi rejoindra-t-il EAE ASBL ?

C’est l’impression qui ressort du contact avec les autochtones et ressortissants d’Adisi, en terres Panduru, dans Mahagi en RDC, la semaine dernière.

2020 devrait marquer notre présence aux côtés d’Adisi dans le cadre d’un projet Habitat, si les négociations aboutissent.

Ces vidéos sont un premier contact direct avec les bénéficiaires potentiels du projet Habitat.

Nos agronomes pourraient aussi trouver ici du travail pour l’industrie agricole.

Vunyapuru, comme Mahagi, soigne ses pommes de terre…

Cette fin d’année à Butembo…

De la pomme de terre, outre les choux-fleurs de Vunyapuru.

Les photos nous parviennent se Claude Kasereka Nzilamba, répondant bubolais de l’EAE ASBL.

Comme on peut le voir le besoin en encadrement est se fait sentir. Cela demande des fonds pour offrir des collations à nos deux agronomes de la région.

CNTIC/Jupugulo : le paysage…

La vue panoramique partielle du terrain dédié au projet. C’est sur ce site que nous attendons construire avec les habitants de Jupugulo et ses environs immédiats, le Centre de Nouvelles Technologies de l’Information et des Communications de Jupugulo.
Le travail préparatoire est énorme : où déplacer les champs et comment les engager dans les technologies agricoles de pointe ? Où et comment disposer les bâtiments du CNTIC de manière optimale et donner de l’esthétique au paysage résultant ? Comment arranger les nouvelles habitations autour du centre ? Quelles voies d’accès entretenir ou améliorer ? Où trouver la main d’oeuvre ou comment la créer ? Comment financer la transformation du milieu, protéger l’environnement et accroître le capital bonheur des hatitants et leurs voisins ? Comment préparer la population à gérer le bond technologique que représente le projet pour la contrée ? Quelles sources exploiter pour fournir l’électricité et l’eau potable dans Jupugulo et ses environs au moindre coûts en recourant aux technologies de pointe ?

Trois équipes travaillent ces questions : à Jupugulo, à Bunia et à Bruxelles.
7 photos du paysage.
Elles font penser à beaucoup de choses à la fois, outre le CNTIC lui-même :
1. le lotissement et l’aménagement de l’habitat ;
2. le boisement et la forestation ;
3. la modernisation (robotisation) de l’agriculture ;
4. la construction d’un réseau électrique ;
5. la construction d’un réseau hydraulique ;
6. la modernisation de l’instruction, de la formation et de l’éducation ;
7. la structuration et la modernisation de la santé ;
8. l’organisation du transport ;
9. l’organisation de la transformation et du commerce des produits locaux ;
10. etc.

Dans nos prochaines publications

  1. Parole aux populations locales, bénéficiaires et partenaires du projet.
  2. Le mot de l’autorité administrative.
  3. La place de l’église prostestante locale dans le projet.
  4. Les contribution des équipes de pilotage du projet : Jupugulo, Bunia et Bruxelles.

Un financier pour EISU Task Force en 2021

Dans le cadre du projet FEEC, géré par EAE ASBL et financé par Paluku-Atoka Uwekomu, nous avons investi dans les études du coordonnateur de projet de SOBDC pour avoir un spécialiste des finances internationales d’ici deux ans afin de gérer les finances de notre synergie.
Voilà la fiche du transfert au directeur général l’Université du CEPRODEC, campus de Mahagi, de la première mensualité de son minerval (108 $). Le coût global est de 1080 $ pour 2019/2020. La licence en finances se terminera en 2021.

Ndlr

EISU Task Force regroupe EAE ASBL (BE), IDIC ASBL (CD), SOBDEC ONGD ASBL (CD) et USODIF ASBL (CD).

Le CNTIC de Jupugulo avance

Nous, EAE ASBL, venons d’obtenir un terrain de 200×200 m2, 4 ha, de la mission protestante de Jupugulo, chez les Upio (Jupio), à Mahagi en RDC, pour la construction d’un Centre de Nouvelles Technologies de l’Information et des Communications.

Ce n’est donc plus à 25 locaux qu’il nous faut penser, mais bien à un complexe de 100 locaux au moins, de 6×8 m2 chacun : une garderie, une maternelle, une école primaire, un institut secondaire, un Institut des Technologies de Pointe (ITP), un héliport et le Centre de Nouvelles Technologies de l’Information et des Communications (CNTIC) initialement prévu. Une petite station météo et un centre de collecte et de traitement de données de l’EAE ASBL devront être montés sur ce site.

Dieu pourvoira pour les homes, les laboratoires et les cliniques qui deviennent désormais indispensables et envisageables dans ce projet.

Trois équipes travaillent sur ce projet : à Bruxelles, à Bunia et Jupugulo même.

Personnellement, nous remercions trois personnes qui ont rendu cette mission possible et dont nous publieront bientôt les contributions.
Ils ont déjà mobilisé plus de 20 autres acteurs à Bunia et à Jupugulo même.

Croquis de la concession
Vue en gros plan en attente…
Un entretien de l’évêque avec la population ciblée.
Allocution de John Ukunya Undiga, animateur de l’équipe de pilotage du projet de Bunia, capitale de la province de l’Ituri.

Migration légale : ADIME et EAE…

On vient de brûler, en Flandre, un bâtiment qui devait accueillir les demandeurs d’asile.

Voilà qui donne raison à Ramata Michel qui invite toute l’Afrique à soutenir le projet Migration légale actuellement conduite par ADIME ASBL (France) et EAE ASBL (Belgique).

https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_bien-joue-mais-trop-tot-l-incendie-volontaire-au-futur-centre-d-asile-a-bilzen-a-ete-applaudi-une-limite-franchie%3Fid%3D10363683&ved=2ahUKEwj68vPty-XlAhVIiqQKHc0wCfsQFjAAegQIBRAB&usg=AOvVaw2jQrkmcdNeFjGbmGYnfmqW

https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_un-nouveau-site-web-de-fedasil-pour-mieux-informer-les-demandeurs-d-asile-en-belgique%3Fid%3D10338191&ved=2ahUKEwj68vPty-XlAhVIiqQKHc0wCfsQFjABegQIBBAB&usg=AOvVaw1C_L6U57zAFqY0xVIvI34p

EAE ASBL : vers Alimbongo dans le Nord-Kivu ?

Des jeunes intéressés au projet EAE ASBL…

À suivre. Les négociations sont en cours…

Enseignement à la pointe

Nous devons faire attention aux reformes de l’enseignement des médiocres !

Le niveau doit monter et pas être baisser, dans toutes les filières !
L’apprenant doit avoir le nombre d’occasions qu’il lui faut pour valider chaque matière.
Plus de doublement de classe, mais pas question de favoriser la médiocrité !
Voilà la solution qu’il faut pour rester au top et hisser à 100% le taux de réussite, sans brader les diplômes.
Le surcoût est dans le temps d’accompagnement et d’évaluation supplémentaire nécessaire : il faut rémunérer du personnel pour des heures en plus. Ce qui est bénéfique pour l’emploi. Les bénéficiaires, les parents des apprenants doivent payer. Cette méthode peut être mise en place, dans l’école, en respectant à la lettre les exigences de l’État !
Consultez-nous si cela n’est pas clair pour votre équipe !

Eae.asbl@eaeasbl.com

Donner des idées…

[24/8, 20:36] Frédéric Agenong’a: Je pouvais aussi faire ceci pour les écoles de chez moi à Abira, dans la chefferie des Anghal en territoire de Mahagi. Mais, les comités des parents ne seront jamais à mesure de rembourser le fonds reçu ( dépensé) ; pour cause de pauvreté extrême en monde Rurale.
[24/8, 20:41] Frédéric Agenong’a: Ce genre de construction de norme international coûte cher. Selon un expertise que je fais chez moi, les élèves étaient en mesure de payer 5.000 Shillings de construction par élèves. Pour un total de 300 élèves, le brut donne 1.500.000 Shillings soit 410$/ an. Ce montant ne peut rien faire en terme de construction de salle de classe.

Selon un ami Ingénieur en construction, une bonne salle de classe coûterait 7.000$

410$ ~7.000$, ils n’auront jamais des bonnes salles, en moins que l’État subventionne leur école.

Véritable casse tête
[25/8, 23:42] Paluku-Atoka Uwekomu: Pas du tout !
Tu tarvailles en solo : tu n’iras pas loin.
La solution est à la portée de la main de ce comité de parents. Elle l’ignore : c’est tout.
Voici le raisonnement que je vous propose pour moderniser l’infrastructure de l’école incriminée.
300 apprenants répartis dans des classes de 24 personnes maximum, cela fait 13 classe à construire. Plus un bureau multi-utilisateurs et une salle polyvalente : 15 locaux en tout à construire.
Pour des locaux de 6×8 m² x 200 €/m²/local de coût de construction, clés à la main, cela nous fait 9.600 €/local (pas loin du chiffre de ton expert : 7.000 € en première approximation).
Le coût total est donc de 15 locaux x 9.600 €/local = 144.000 €. Propose au comité des parents de se dépasser pour réunir 1.440 € la première année. Je te montrerai comment trouver le reste de manière que la 1ère année nous ayons au minimum la fondation complète de ce bâtiment. La deuxième année, tout le bâtiment sera construit, non pas avec des subsides de l’état, mais par les contributions des amis belges au vue de la fondation réalisée par l’effort des bénéficiaires ! Pour ce qui est de l’argent : soit que le comité des parents ouvre un compte auprès de Caritas Congo en Euros (Dollars) soit qu’il dépose sa participation sur le compte de l’AUPC ASBL (association des amis de l’aumônerie universitaire protestante du Congo, une ASBL de droit belge), notre parenaire belge pour toutes les questions d’économie financière. EAE ASBL paiera tous les frais de transfert dans les deux sens, le cas échéant. Voilà du concret : la balle est dans votre camp.