– politique de confidentialité –

EAE ASBL a à coeur de protéger votre vie privée, depuis sa création en 2002, à Bruxelles.
Nous ne vous demandons que les informations strictement nécessaires à la gestion professionnelle de nos relations directes à vous ; dans le cadre de nos activités en tant qu’Association Sans But Lucratif (ASBL) de droit belge. Pour cela, nous nous soumettons volontiers à toutes les exigences du Réglement Général sur la Protection de Données (RGPD).
Les données que vous nous fournissez ne sont jamais transmis aux tiers, sous quelque prétexte que ce soit : pas meme à nos partenaires ; sauf sur votre demande expresse.
Vous avez le droit de demander et d’obtenir que soit corrigées les données erronées qui se seraient malencontreusement glissées dans notre base de données sur vous. Il suffit pour cela nous joindre par e-mail, par fax ou via le formulaire de contact de ce portail. Avant de procéder aux modifications, nous nous faisons le plaisir de vérifier que la demande vienne bien de vous et pas d’un tiers.
Nous travaillons à bureau fermé : il est donc inutile de faire le déplacement à notre adresse sinon que pour déposer un courrier ou un colis.

Ainsi fait à Bruxelles, le 2 avril 2020.

EAE ASBL
Avenue Mutsaard 75/1

1020 BRUXELLES

+32 486 741 704 (mobile, Skype et WhatsApp)
+32 2 476 19 72 (fixe et fax – au 5ème coup !)
eae.asbl@eaeasbl.com
https://eaeasbl.com/contact

Administrateur principal : Paluku-Atoka Uwekomu

Micro-crédit…

Chers frères,
Le projet Micro-crédit démarre bien en RDC.
Nous pouvons aider à faire des millionnaires dans Jupio, rien qu’avec ce projet en 24 à 48 mois.
Si donc vous avez de quoi investir dedans, plus de 50 EUR/mois, pour un mois ou plus, vous :

  1. aidez un groupe coopératif à doubler son capital ;
  2. recouvrez votre prêt à 100% à la fin ;
  3. vous aider nos animateurs locaux à avoir des collations de 25 à 250 EUR/mois d’ici le 31/12/2021, à la gloire de notre Dieu.

Les mentalités changent…

Jonas Jariekong’a

Bonjour tout le monde!
Où on en est avec le fameux projet de haute technologie entamé pour Kasengu? A ce stade, je peux pas dire que c’est une aventure qui ne devrait pas se répéter.

[19/3/2021, 11:06]

Graphèle Paluku Atoka Uwekomu

C’est ta participation attendue qui bloque ce projet, Jonas JARIEKONG’A !
Le projet n’étant pas un projet des parasites, félicitons ici les trois premiers vaillants alur, qui ont décidé de quitter leur Bunia natal, pour rentrer chez nous, construire notre territoire. Ce sont trois mukambo : Catherine, Daniel et Bahati. Dès avril ou mai prochain, ils iront VIVRE désormais avec les jupio, renforcer Guillaume, resté notre seul membre, depuis le 1er février 2021.
Sois donc apaisé, Jonas : il y a un resté qui aime notre gente, notre territoire.

L’ASBL Can Ber Ku Paru a fêté…

Les femmes de l’ASBL Can Ber Ku Paru a fêté le 11 mars la fête des mamans prévue pour le 8 mars 2021. Nous avons reçu une photo de l’évènement sans plus de commentaire.

EAE ASBL souhaite une année 2021 plus fructueuse à CBKP ASBL, dans sa collaboration dans l’agroalimentaire.

Jupugulo est en deuil !

Une icône de la place vient de rendre son âme à Dieu qu’il a servi toute sa vie durant, de suite d’un épuisement, d’une toux et du poids de l’âge.

Né à Kasengu le 8 juin 1945, M. Étienne Bedijo Ginumbe est décédé à ses 75 ans, ce 22 décembre 2030. Il laisse 3 enfants et 20 petits-fils, sans compter les trois autres petits-enfants qui l’ont précedé.

Les mots de remerciements de la famille à l’assistance et la prière d’adieu, avant l’inhumation de la dépouille suivant le rite évangélique.

La nouvelle et les documents nous parviennent par notre partenaire locale, l’association Can Ber Ku Paru, directement toucher par la perte de ce patriarche.

La veuve, maman Josephine (à g.) consolée par la présidente de CBKP (à d.).

3ème sarclage

Le 3ème et dernier sarclage est terminé hier.

Mi-janvier, nous récolterons les échalotes (oignons rouges).

Voici, successivement, la vue du sud et celle du nord.

ADIME/FRANCE, ADIME/MALI, EAE ASBL et la migration

Ramata Michel a déposé un concept, une idée sur la table. Ensuite, elle est allée vers les immigrés en Belgique. Elle a invité à agir ensemble et vite pour la migration légale dans un sens (Sud-Nord) comme dans l’autre sens (Nord-Sud).

Depuis, ADIME/France d’abord, ADIME/Maili ensuite, ont rejoint l’EAE ASBL. La collaboration marche bien et nous sommes particulièrement impressionner par la manière dont les maliens, de la diaspora comme ceux du Mali, s’implique financièrement !

La complexité et l’ampleur du problème sont tels qu’il faille se donner du temps. Certaines administrations commencent à se convaincre du rôle que nous pourrions jouer dans la sédentarisation de ceux qui forment des projets de migration aventurières, risquées, mortelles…

À cause du COVID-19, nous avons reporté pour la 3ème fois notre 3ème rencontre de Bruxelles et Paris. Il devrait se tenir du 24 décembre 2020 au 10 janvier 2021, si tout marche bien. 4 officiels maliens et non plus 6 comme initialement prévu, seront au rendez-vous.

Au centre des discussions : comment dissuader nos populations à recourir à la migration clandestine pour se concentrer sur le développement local ; et en même temps, comment rendre fluide la circulation de personnes occupées entre nos pays pour le partage de nos valeurs ?

Le billet du président de EAE

Le premier rapport de l’opération Sucré à Ugalu, près de Jupugulo, donnait 9,71 €/vendeur/jour de productivité. C’est trois fois la moyenne de ce qui se paierait dans la région à un vendeur. Malgré cela, un rapport chiffré hebdomadaire du 14/11/2020 ne nous est pas parvenu ; sinon qu’un « Tout évolue bien » !

L’opération viande, testée 4 fois, menée par 4 personnes à chaque fois, a permis d’atteindre 11,79 €/vendeur/jour, à Nyalebe, village également proche de Jupugulo. C’est quatre fois ce que paie les employeurs dans la région.
La capacité de participation de l’EAE ASBL au développement local en RDC rural n’est donc plus à démontrer et nous pouvons rendre grâce à Dieu qui répond à nos prières !

En janvier 2021, nous aurons le rapport du projet Agroalimentaire/Jupugulo, le seul qui nous vaudra près de 750 € d’investissement sur 5 mois de travail. Ici, étant complètement aux commandes, dans un travail collaboratif avec CBKP ASBL, nous attendons des résultats précis et – souhaitons-le – améliorés de la productivité dans ce domaine aussi.

Tous les autres projets sont démarrés avec moins de 300 €/projet ! L’investissement financier local est malheureusement à chaque fois nul, pas tant à cause de la pauvreté, comme le pensent faussement plusieurs, mais surtout à cause des égoïsmes, des parasitismes ambiants.

Notre réussite, en tant que ASBL voulue de droite, dépendra donc de notre capacité à rejeter ces antivaleurs qui ruinent nos localités.

Jupugulo : Nos mères travaillent… Où sont nos fils ?

Deuxième sarclage du champ de 1,7 ha mis en route par EAE ASBL/Jupugulo avec CBKP ASBL, une association locale de des mamans, des femmes.

1er rapport synthétique…

La vente des boissons sucrées, peut-elle avancer les Jupio ? Si oui, comment ?

Nous avons demandé les totaux de :

  1. Achats = 900.000 UGX.
  2. Frais = 45.000 UGX.
  3. Ventes = 1.200.000UGX.

Pour la période de test allant du 28 octobre 2020 à aujourd’hui, 2 novembre 2020. 6 jours de travail en tout.

Nous avons souhaité également connaître le total de la collation versée aux personnes engagées bénévolement dans ce projet-ci – comme dans les autres de l’EAE ASBL : 25.000UGX en tout !

La motivation y est : chez certains ; c’est indéniable…

Comment sécuriser ces projets qui pourraient changer des vies ?

La productivité reste très faible : 42.500 UGX/jour/vendeur ! Le défi reste donc grand et un soutien en idées peut avancer les choses à Jupio.

Un travail déliquat…

En dessous, il y a des oignons. À côté, il y a la fille qui veut sarcler aussi.

Comment créer de la production, de la productivité et de la compétitivité que nous souhaitons, nous EAE et CBKP ? Pas très loin, CODECO tue encore, même cette semaine…

Les défis sont énormes. Les solutions sont connues. Mais le peuple n’a pas encore réalisé le bon choix…