Jupugulo : les tôles sont là !

Deux salles de réunions…

C’est à Jupugulo que cela se passe. Deux salles sous ce toit sont à connecter au Web et au Cloud pour maîtriser son développement.


Une vue de côté, de profil… Avant que nous ayons une vue de l’espace.
Vu de face, nous entrevoyons déjà les deux portes…
Le bâtiment en construction : vu de loin…

Très rapidement, les 200×200 m2 seront totalement productifs !

Pour rappel, l’étape suivante c’est sont 25 salles de 6×8 m2/local pour les formations en technologies de pointe de l’électronique, de l’informatique, des télécommunications.

Ensuite, 58 locaux pour un complexe d’enseignement : la garderie, la maternelle, le primaire, le secondaire, l’universitaire.

Le prgramme n’est donc qu’à son début.

EAE ASBL remercie tous les bénévoles venus l’appuyer dans ce projet endogène.

Début de chantier à Jupugulo…

Après la prière, le travail.

Objectif de l’étape :

un bâtiment de 40 tôles, qui habritera deux salles connectées, de réunions, pour travailler collaborativement le projet du centre de nouvelles technologies de l’information et des communications de Jupugulo, CNTIC/Jupugulo.

Étape suivante :

25 locaux qui serviront de bureaux et de salles de cours du CNTIC/Jupugulo.

Vunyapuru : la pomme de terre…

Ce que sont devenus les champs ou jardins de pommes de terre à Vunyapuru, près de Butembo.

Adisi rejoindra-t-il EAE ASBL ?

C’est l’impression qui ressort du contact avec les autochtones et ressortissants d’Adisi, en terres Panduru, dans Mahagi en RDC, la semaine dernière.

2020 devrait marquer notre présence aux côtés d’Adisi dans le cadre d’un projet Habitat, si les négociations aboutissent.

Ces vidéos sont un premier contact direct avec les bénéficiaires potentiels du projet Habitat.

Nos agronomes pourraient aussi trouver ici du travail pour l’industrie agricole.

Vunyapuru, comme Mahagi, soigne ses pommes de terre…

Cette fin d’année à Butembo…

De la pomme de terre, outre les choux-fleurs de Vunyapuru.

Les photos nous parviennent se Claude Kasereka Nzilamba, répondant bubolais de l’EAE ASBL.

Comme on peut le voir le besoin en encadrement est se fait sentir. Cela demande des fonds pour offrir des collations à nos deux agronomes de la région.