Accueil » 2018 » juin

Archives Mensuelles: juin 2018

Démarrer une succursale coûte…

[6/25, 07:33] Paluku-Atoka Uwekomu:

Réunis d’abord 35 membres locaux et soumets-moi leur liste complète. Tu auras ainsi 350 $ dans la caisse de la succursale qui vous permettra d’effectuer les démarches administratives.
Si tu réussis cette étape tu seras qualifié pour la suivante où vous serez au moins 35 personnes à travailler le développement local et à comprendre ce qu’est l’indépendance locale. Il te faut 20 jours environ pour cela.


[6/26, 03:07] Blaise Munani Nama:

C’est bien monsieur ; mais même pour cette sensibilisation, il me faudra avoir un peu de sous pour le transport et la communication.


[6/26, 11:54] Paluku-Atoka Uwekomu:

Il s’agit d’une phase de recrutement et non pas de sensibilisation.

  1. Combien de personnes majeures recontres-tu par jour ?
  2. Combien invite-tu à te rejoindre dans ton association ?
  3. Combien répondent oui, en ayant chacun 10 $ de première cotisation ?
  4. Si tu veux travailler avec de l’argent que tu n’as pas produit, c’est que tu n’es pas encore qualifié pour être membre de l’EAE ASBL. Comment veux-tu aider à se développer si tu demandes aux autres de payer ton transport et ta communication ?

Bunia perd Kanda…

EAE ASBL semble ne pas bien évoluer, je l’avais déjà vu depuis longtemps, la source de tout ce freinage c’est l’initiateur lui même, il n’a jamais accepté les idées des autres, et cherche à imposer ses idées aux membres ne sachant pas les qualités et niveaux d’études de chaque membres. Maintenant il décide la vente d’une concession appartenant à l’ASBL sans l’avale de l’AG si l’ASBL en a au moins. Il veut dire que tout soit sa propriété privée, qu’il peut en décider comme il veut ; et quel est le rôle des membres dans ce forum ?

Sé Jephté, membre sympathisant.


Tu ignores que l’EAE ASBL ait reçu l’usage gratuit du lieu pour une durée illimitée et jamais la propriété du lieu qui reste celle de son propriétaire, un des promoteurs de l’association. Pas un seul rho de l’ASBL n’a jamais été investi dans ce lieu jusqu’à présent. Quoi de plus normal que Jephté l’ignore lui qui ne suit pas la marche de l’ASBL ? Un membre de la succursale en revanche a été démis de sa fonction pour cause de détournement de bien social, comme deux autres à Goma.
Tous les membres de l’EAE ASBL sont soumis aux statuts de l’association et aux lois de la Belgique et de la RDC, dans le cas de Bunia en Ituri.
Tout membre effectif lésé dans ses droits peut saisir le CA d’abord et la justice le cas échéant, dans les conditions prévues par la loi.
Dans nos statuts, les membres adhérants, qui ne cotisent pas, n’ont aucun droit sur l’association si ce n’est celui d’être invités à toutes les réunions de l’association où leurs avis ne sont que consultatifs.
L’ex-président de la succursale de Bunia est redevable d’un modem USB de l’association et a été régulièrement demis de sa fonction par le CA qui reprend M. Atuka Samuel Paluku Atoka Uwekomu, M. Luc Michel et M. Paluku-Atoka Uwekomu ; et ce, après consultation de TOUS les membres de l’association, de l’UE et de l’Afrique.
Le bénéfice de l’usage du lieu est retiré à la succursale par le proprietaire légal du lieu pour cause de la non implication des bénéficiaires au projet CNTIC dont nous sommes par ailleurs initiateurs ; sans préjudice quelconque pour L’ASBL dont nous sommes le garant des intérêts. Nous déplaçons le lieu d’exécution à Mahagi, qui manifeste de l’intérêt au projet, dans des conditions plus avantageuses pour l’EAE ASBL que Jephté ignore totalement !

Quant à EAE ASBL/Bunia, elle peut se réveiller et s’investir dans ce projet (CNTIC) en achetant le terrain de Kanda ou en s’investissant ailleurs ! Nous n’en serons que réjouis. Il vaut mieux tard que jamais…

Projet Habitat/Bruxelles

Problématique

  • Les 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale comptent beaucoup de maisons insalubres ou abandonnées par leurs propriétaires, pendant que plusieurs citoyens n’arrivent pas à se procurer de logements salubres, fonctionnels et spacieux.
  • Un ménage de 6 personnes doit débourser au moins 1.200 € par mois pour son loyer, alors que le revenu net du ménage arrive difficilement à atteindre les 3.600 €/mois/ménage pour ceux des ménages où un seul des conjoints travaille dans le ménage. Ces ménages se font de plus en plus nombreuses.
  • La règle d’une chambre par enfant de plus de 8 ans n’est souvent pas respectée, parce qu’il est difficile d’avoir une maison à 5 chambre pour un tel ménage.

Motivation

  • Dès 2016, EAE ASBL et MWIB ASBL se sont résolu d’apporter leur contribution à la solution des problèmes posées par la proposition à la Région de Bruxelles-Capitale, d’un projet de mise en valeur des maisons abandonnées ou insalubres pour à la fois, accroître l’offre de logement, baisser le loyer pour des appartements pouvant accueillir des familles nombreuses, l’offre du travail à quelques chômeurs et le respect de la règle une chambre par enfant de plus de 8 ans ; dans le souci d’accroître la salubrité et réduire la précarité dans la ville, tant soit peu.
  • Le souci est aussi d’accroître le revenu de certaines personnes qui sont actuellement au chômage, mais qui devraient trouver des emplois dans les chantiers qu’engendrera le projet dans la ville.

Objectifs

  • Au bout de deux ans, offrir des logement salubres, spacieux et fonctionnels aux familles initialement démunies.
  • Offrir du travail correctement rémunéré aux chômeurs de ces ménages.
  • Permettre à la ville de se débarrasser définitivement des habitations insalubres et d’accroître la propreté dans tous nos quartiers.

Stratégie

  1. Inventorier les maisons récupérables et les entreprises bruxelloises capables de rénover professionnellement les lieux.
  2. Trouver du financement pour la rénovation pour mise en valeur des lieux.
  3. Lancer le projet de rénovation pour location ou vente des maisons jadis abandonnées ou insalubres.
  4. La remise du projet au groupe-cible : les propriétaires des lieux après récupération de l’investissement consenti pour rendre les maisons habitables.

Ressources

  • Gestionnaires du projet.
  • Crédits bancaires.
  • Services d’assurances.
  • Services de rénovation.
  • Services d’entretien de maisons ou de concessions.
  • Personnes à la recherche de maisons spacieuses, fonctionnelles, à loyers raisonnables, aux normes de la Région de Bruxelles-Capitale.

Coûts annuels

  1. Gestion du projet.
  2. Rénovations.
  3. Entretiens.
  4. Loyer de l’argent.

Impact

  • La Région de Bruxelles-Capitale est plus propre.
  • Les familles ont des logements plus spacieux, fonctionnels à des coûts justifiables.
  • Les entreprises de rénovations et d’entretien ont du travail supplémentaire.
  • Le chômage est réduit par le fait du projet et des projets accompagnants.

Watsa : non à la mortalité infantile et maternelle….

Lisez l’article et réagissez ici : http://orientalinfo.net/06/10/watsa-sante-va-t-on-tout-droit-vers-lelimination-de-la-mortalite-maternelle/#comment-4.
Très bon exemple pour nos concitoyens du Sud, par rapport à la question de la prise en charge de leurs destins.
Pas de jérémiades, mais un engagement clair et simple.