Accueil » Développement » Kisangani : quel développement ?

Kisangani : quel développement ?

Nous annoncions une enquête préliminaire pour connaître les besoins en matière de développement de la ville de Kisangani, dans la province de la Tshopo.

Les données sont en cours de traitement à Bruxelles.  Cliquez sur le lien suivant pour voir, au départ des données brutes recueillies, par notre associé local Monsieur Sébastien Sadiki Yuma, sous la direction de notre répondant local, Monsieur Alphonse Biye, comment cette ville se dépérit et dans quelle mesure les boyomais se prennent à charge.

EAE ASBL attend travailler avec les boyomais à la conception et à la réalisation de projets de développement endogènes, pertinents et rentables, s’ils répondent positivement à l’offre de l’EAE ASBL/Kisangani.

D’ores et déjà notez l’incapacité des boyomais à créer du travail là où les besoins en production de biens et de services est indubitablement énorme.  Ce la même difficulté que nous rencontrons de l’Union Européenne.  Les compétences managériales en matière de développement local font cruellement défaut : partout.  La Bruxelles et Kisangani peuvent donc certainement utilement travailler ensemble pour à la fois résorber les chômeurs de l’Union Européenne et ceux de Kisangani en mobilisant les chômeurs eux-mêmes, sans toujours attendre que l’État n’interviennent…   Qu’est-ce qui bloque et empêche que nos populations saisissent les occasions, les opportunités de création d’emplois localement ?

  1. L’ignorance nos vrais intérêts et la paresse ;
  2. Les égoïsmes nationaux.

Que peut-il être fait pour remédier à cette situation ?

  1. Combattre notre ignorance de nos intérêts respectifs et de nos intérêts partagés, lutter contre nos paresses ;
  2. Combattre nos égoïsmes suicidaires.

EAE ASBL/Bruxelles encourage et travaille avec EAE ASBL/Kisangani à sensibiliser européens et boyomais à la problématique du développement local tant des localités africaines que des celles de l’Union Européenne dans le cadre de collaborations humanistes qui divorces d’avec nos réflexes colonialistes et attentistes.

Dans notre modèle capitaliste du développement, contrairement à ce que font les autres ASBL, nous visons la production du capital, par les citoyens eux-mêmes, pour satisfaire leurs besoins ; et combattons, contre vents et marées, la culture socialiste ou communautariste qui déresponsabilise partout : au Nord comme au Sud.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :